Informatique

Cloud souverain : Thales et Google vont lancer une offre commune

 

Le groupe français Thales et le géant américain Google ont annoncé mercredi un partenariat pour développer un cloud souverain en 2023. À destination des entreprises et des institutions publiques, ce service présentera un haut niveau de sécurisation des données. Aussi, il ne sera pas soumis à la législation du Cloud Act 2018, qui oblige les fournisseurs américains opérant à l’étranger à communiquer leurs données aux autorités de leur pays.

Dans un communiqué de presse publié le mercredi 6 octobre 2021, le groupe français Thales et le géant américain Google annoncent la signature d’un partenariat pour développer une offre de cloud souverain à l’horizon 2023. Cette offre devrait répondre aux critères du « Cloud de confiance  ». Il s’agit du label présenté en mai dernier par le gouvernement français pour définir les solutions de Cloud présentant une exigence de sécurité maximale en Europe. Ce haut niveau de sécurisation est certifié par l’ANSSI. La solution de Thales et Google France se destine aux administrations et aux entreprises françaises des solutions de Cloud.

Une protection des données avec le label cloud de confiance 

« C’est la première fois en Europe que l’on crée une société de droit local pour répondre aux exigences du gouvernement français. C’est une offre que l’on a conçue ensemble avec Thales pour la France, en y associant les moyens juridiques et techniques pour répondre aux exigences du Cloud de confiance », a souligné Samuel Bonamigo, vice-président Europe du Sud de Google Cloud. Pour sa part, Marc Darmon, directeur général adjoint SI de Thales vante « une solution qui allie le meilleur des deux mondes, en utilisant l’ensemble de la puissance de Google Cloud tout en assurant une protection des données avec le label cloud de confiance ».

Thales majoritaire dans la filiale commune

Pour mettre en œuvre leur service, Thales et Google France vont créer une entreprise conjointe de droit français. Mais le groupe tricolore y sera majoritaire, tandis que l’américain n’aura aucun pouvoir décisionnaire. Histoire de préserver la souveraineté de la France. Aussi, Thales assurera la gestion des clés de chiffrement, des accès, des identités et la supervision cyber par le biais de son centre opérationnel de cybersécurité. En outre, les salariés de la filiale analyseront toutes les mises à jour de Google Cloud via un sas de sécurité piloté par Thales.

Des infrastructures distinctes

Par ailleurs, le groupe français travaillera sur un réseau et des serveurs distincts des datacenters de la firme de Mountain View. Pour bien faire les choses, il y ajoutera des couches de sécurité qui garantissent la cybersécurité et la protection des data par rapport aux règles extraterritoriales. Enfin, la nouvelle filiale ne sera pas soumise à la législation américaine du Cloud Act de 2018, qui veut que les fournisseurs de service américains, même installés à l’étranger, communiquent leurs données à Washington. De telles précautions pourront rassurer les institutions et les entreprises françaises, notamment celles qui traitent des données sensibles.

Autres articles à voir

A voir également

Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer