Web

Faire la lumière sur le Dark Web

Le Dark Web est, par nature, un espace mystérieux. Il est facile de penser à cela comme à une énorme communauté fermée, cachée du monde dans des endroits poussiéreux d’Internet. Mais quelle est la réalité ? Recorded Future, spécialiste des informations sur les menaces, a réalisé des recherches pour tenter de comprendre la véritable nature du Dark Web.

La société a répertorié environ 260 000 pages pour se rapprocher de l’ensemble du réseau accessible de Tor à partir d’un ensemble initial de sites sur cet espace qu’elle a extraits de listes publiques et de son propre contenu.

Un espace restreint

La société a constaté qu’il s’agissait d’un petit espace. Le nombre de domaines accessibles en direct représente moins de 0,005 % du nombre de domaines de sites Web traditionnels. Environ 15 % seulement des domaines du Dark Web ont un site actif, dont le temps de disponibilité est médiocre et les sites disparaissent régulièrement de manière permanente, avec ou sans explication.

Voici une vidéo expliquant cet univers :

Même les marchés en noir les plus populaires peuvent avoir des temps de disponibilité bien inférieurs à 90 %, avec un marché bien connu ne disposant que d’environ 65 % de temps de disponibilité.

Des sites en anglais

Fait intéressant, 86 % des sites sur le Dark Web ont l’anglais comme langue principale, suivi du russe et de l’allemand. L’anglais sur Internet au sens large ne représente que 54 % des sites. Le Dark Web est également sujet à certaines des mêmes arnaques que le reste de l’Internet.

Le typosquattage, utilisation d’un nom de domaine similaire à un nom légitime pour commettre une fraude, est courant, ce qui est facilité par le fait que les URL Web n’utilisent souvent pas de mots faciles à lire. Globalement, le Dark Web n’est ni aussi sombre, ni aussi grand que vous ne le pensez.

Autres articles à voir

Close
Inline
Inline